Commencez l’expérience Memorya ici !

Commencez l’expérience Memorya ICI

Voilà un bref aperçu du site web Memorya

Article trouvé sur Observatoire B2V des mémoires.

Le mardi 7 juillet a été lancé  « MEMORYA« , le premier jeu documentaire scientifique français sur la mémoire, imaginé par l’Observatoire B2V des Mémoires et Art’M Créateurs associés

« Aux confins d’une cité du futur, une immense architecture de verre est inondée par la lumière du soleil couchant. Les gens qui vivent ici n’ont pas de mémoire… Ils ont fait appel à des savants pour qu’ils leur disent ce qu’ils [en] savent : une exposition présentant les résultats de leurs recherches a été installée au cœur de « MEMORYA »  au milieu des traces des anciennes civilisations… » Projetée sur grand écran, cette vidéo introductive a tout de suite plongé les participants dans le scenario imaginaire de MEMORYA invitant le visiteur à endosser l’habit d’habitants amnésiques en quête de réponses aux très nombreuses questions qu’ils se posent sur la mémoire. Des questions que nous nous posons tous aussi un jour ou l’autre… Comment fonctionne la mémoire ? Peut-on l’entretenir ? Quelles sont ses différentes formes et ses maladies ? Les animaux en ont-ils une ? Pourquoi avons-nous des “trous de mémoire” ? Faut-il craindre la mémoire artificielle ? etc. MEMORYA apporte toutes les réponses sur la base des découvertes scientifiques les plus récentes en psychologie et en neurosciences.

Retour en 2013, avec la rencontre de deux scientifiques : Francis Eustache1, spécialiste mondialement reconnu en neuropsychologie de la mémoire, président du Conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires et Jacques Roux, chercheur en sciences sociales passionné d’art et de vulgarisation scientifique. Ce dernier propose au Pr Eustache d’être co-référent scientifique, avec Serge Laroche du CNRS à Orsay, de l’exposition grand public « MEMOIRE/S » que vient de créer l’association ART’M Créateurs associés qu’il préside à Saint-Etienne. « Le projet m’a tout de suite intéressé, notamment du fait de la fiabilité du contenu scientifique présenté de manière accessible, ludique et interactive, avec la contribution de plus de 50 chercheurs de grandes institutions françaises et étrangères », se souvient Francis Eustache. Conséquence de ces atouts indéniables, le succès a tout de suite été au rendez-vous. Au total, « MEMOIRE/S », présentée dans plusieurs villes de France, a déjà attiré près de 50 000 visiteurs d’horizons divers : enfants, enseignants, élèves instituteurs, et des citoyens de tous âges ! Dans le même temps, l’Observatoire B2V des Mémoires créé en 2013 par B2V, groupe de protection sociale souhaitait créer un site web innovant sur la thématique de la mémoire. Il y a environ un an, le neuropsychologue a donc tout naturellement mis en contact l’Observatoire avec ART’M : ainsi est né le projet « MEMORYA ».  » Une des missions de l’Observatoire B2V des Mémoires est de diffuser la connaissance autour de la mémoire, a indiqué Isabelle Pecou, Directeur Général du Groupe B2V. MEMORYA est donc un projet qui nous tient très à cœur car c’est une façon inédite de parler de la mémoire sous toutes ses formes, mais aussi et surtout une nouvelle façon de sensibiliser le plus grand nombre pour soutenir la recherche. Or plus les gens parleront de la mémoire et de ses maladies, plus la recherche pourra poursuivre les progrès. MEMORYA constitue désormais la colonne vertébrale du site web de notre Observatoire. ”

Mais MEMORYA est bien plus qu’une simple transposition numérique de l’exposition « MEMOIRE/S », c’est une véritable métamorphose en un nouveau media de communication scientifique très innovant, à mi-chemin entre le web documentaire et une visite virtuelle. « Très concrètement, cette exposition virtuelle propose à l’internaute de visiter cinq « mondes » présentés sous forme de bulles flottantes – la ronde des mémoires, mémoire animale, mémoire fragile, mémoire centrale et mémoire augmentée – avec la possibilité de sauter de l’un à l’autre au gré de ses envies pour créer son propre parcours « , a expliqué Jacques Roux. A l’intérieur de chacun de ces univers, le visiteur a accès à une riche palette de formats pour découvrir tous les mystères de la mémoire : documents, vidéos, interviews, récits interactifs, documentaires, fiches pratiques, sons, etc. » L’idée est aussi de rendre l’internaute acteur de cette « quête de mémoire » grâce à des jeux, des trucs et astuces pour exercer sa mémoire… Il peut aussi réaliser ses propres expériences, comme par exemple se mesurer au chimpanzé Ayumu de Kyoto et à sa mémoire photographique fulgurante. On peut même se porter volontaire pour des expériences et  participer aux recherches d’un mystérieux Docteur M. qui a la faculté de lire dans le cerveau…

« La qualité de votre plateforme documentaire en ligne se rapproche de certaines réalisations que peuvent faire des géants de l’Internet comme Google! », a lancé une journaliste, résumant le sentiment d’un public bluffé par cet outil à la fois ludique, interactif, accessible à tous (y compris aux malentendants)… et totalement gratuit ! Autre grand atout de MEMORYA : son caractère évolutif et pérenne. « La science évoluant en permanence, il fallait donc absolument un site évolutif, explique Jacques Roux. C’est pourquoi MEMORYA offre la possibilité d’ajouter de nouvelles informations au gré des découvertes scientifiques pour actualiser les connaissances, de créer des nouveaux « mondes » sur des thématiques complémentaires comme par exemple la mémoire collective, etc. » Pour l’heure , MEMORYA propose déjà pas moins de 20 jeux et expériences interactifs, 10 films de chercheurs et documentaires, 40 grandes structures images-texte et 20 audio-guides. « A quand une version anglaise, espagnole, chinoise… ? », a même suggéré une journaliste apparemment convaincue, avant de tester par elle même MEMORYA sur l’une des dix tablettes mises à disposition du public présent à ce lancement sur les Champs.

Au final, MEMORYA constitue donc un media de communication novateur sur cette thématique de la mémoire, facile à utiliser et proche des gens. « Un outil vraiment pertinent et bienvenu dans notre monde où la mémoire devient un enjeu de santé publique avec la maladie d’Alzheimer, mais aussi plus largement un enjeu de société avec l’essor exponentiel des mémoires numériques externes sur lesquelles nous nous reposons de plus en plus ! », conclut Francis Eustache.

Article trouvé sur Observatoire B2V des mémoires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :